dossier extrême droite radicale
 

annuaire

sur Unité Radicale sur le GUD les liens avec le FN et le MNR


logo d'Ordre Nouveau

 GROUPE UNION ET DÉFENSE (GUD)

 


création :
1968/69


chronologie :

3 décembre 2000 le GUD participe avec les jeunes mégrétistes à la création de l'Union de Défense des étudiants Nationalistes (UDEN, responsable : Philippe Vardon)
29 mars 2000 élections universitaires au CROUS. le GUD participe au cas par cas aux listes du Renouveau étudiant mégrétiste, qui adopte l'étiquette "Union des étudiants de Droite" (à Paris le GUD présente la liste tudiants Nationalistes" : 2,02% face à la liste mégrétiste tudiants de Droite" : 1,68%)
22 novembre 1999 meeting des 30 ans du GUD à l'Espace Moncassin (Paris)
automne 1999

le GUD participe à la création de l'Union de Défense des Étudiants et Lycéens (UDEL) et se dote du bulletin Jusqu'à nouvel ordre, journal d'aujourd'hui pour l'homme de demain

9-10 octobre 1999

réunion des mégrétistes du Mouvement National de la Jeunesse (MNJ, président : Philippe Schleiter) à Lyon. adoption d'un nouveau logo pour le syndicat Renouveau étudiant (RE, présidente : Claire Jouët) : croix celtique (logo du GUD) derrière une feuille de chêne (logo du MNR de Bruno Mégret)

4 février 1999

création d'un nouveau Front de la Jeunesse avec les mégrétistes lors d'un meeting nationaliste unitaire

Les orateurs sont Arnaud Lutin, Michel Murat (Aurore), Robert Ottaviani (FNJ-MN), Xavier Schleiter (Renouveau étudiant), Benoît Fleury (GUD-Jeune Résistance), Guillaume Peltier (Jeunesse Action Chrétienté), Olivier Chalmel (Offensive pour une Europe enracinée), Jean Denègre (Réfléchir & Agir), Patrick Lusinchi (L'Art s'Affiche), Julien Beuzard (rock identitaire français), Éric Fornal (Terre et Peuple), Grégoire Tingaud (FNJ-MN), Christophe Dungelhoeff (FNJ-MN) et Philippe Schleiter (FNJ-MN)

juin 1998 le GUD participe à la création d'Unité Radicale, dont il devient la branche étudiante
1997 élections universitaires à la faculté d'Assas. le GUD participe à la liste "Union Droit" soutenue par le Renouveau étudiant (RE)
26 mars 1996 élections universitaires au CROUS. le Renouveau étudiant (RE) obtient 2,95% (aucun élu)
11 avril 1995 le Conseil d'Administration de la faculté d'Assas vote une motion stipulant que "l'UDEA sera exclue du bénéfice du règlement intérieur de l'université, notamment ne ce qui concerne le local, le panneau et la possibilité de distribuer des tracts"

le Renouveau étudiant Parisien (REP) s'autodissout et Jildaz Mahé O'Chinal, du GUD, quitte la direction du FNJ parisien

1995 élection présidentielle. le GUD est employé par Edouard Balladur pour ses collages
6 avril 1995 Pierre Oldoni, président de l'UDEA-GUD, est écroué à la prison de la santé pour actes de violences (en 1996/97 il sera mercenaire au Zaïre et au Congo avant de rejoindre le Département Protection Sécurité - DPS - du FN)
14 février 1995 élections universitaires à la faculté d'Assas
9 mai 1994 le GUD, les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires et le Front National de la Jeunesse (FNJ) fondent en la mémoire de Sébastien Deyzieu un Comité du 9 Mai. Le 11 mai il organisera l'occupation des locaux du conseil général des Hauts-de-Seine et de Fun Radio, pendant l'émission de Doc et Difool. Le 16 il co-organisera une manifestation silencieuse avec l'Œuvre Française et le FN
7 mai 1994 le GUD et les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires organisent une manifestation contre l'impérialisme américain. La dispersion par la police de la manifestation interdite est marquée par la mort d'un jeune manifestant, Sébastien Deyzieu (22 ans)
27 janvier 1994 élections universitaires au CROUS. la liste du Renouveau étudiant Parisien (REP) "soutenue par l'UDEA, le CNS, Tolbiac d'Abord" est composée de 1) Jildaz Mahé O'Chinal 2) Pierre Oldoni 3) Gwenaël Le Brazidec 4) Frédéric Pichon 5) Grégoire Tingaud 6) Florence Lagarde 7) Paul Edouard D.* 8) Domitille Level 9) Miguel L.**

* nous a demandé d'enlever son nom estimant quinze ans après "avoir le droit à un peu de tranquillité"
** aujourd'hui universitaire exerçant "une activité politique" auprès d'un maire UMP des Hauts-de-Seine, nous a demandé de retirer son nom pour ne pas l'"exposer" à des "chahuts d
'amphithéâtres"

30 novembre 1993 "grand meeting unitaire des étudiants nationalistes" organisé par un "collectif nationaliste étudiant" : Renouveau étudiant Parisien (REP), Union de Défense des étudiants d'Assas (UDEA), Alliance étudiante Indépendante (AEI, faculté de Sceaux), Cercle National Nanterre (CNN), Cercle National Jussieu (CNJ), Cercle National Sorbonne (CNS)

Les orateurs sont Jildaz Mahé O'Chinal (président du Renouveau étudiant Parisien, responsable du FNJ parisien), Frédéric Pichon (GUD, président de l'Union de Défense des étudiants d'Assas), Philippe Nicolas (rédacteur en chef de Nouvelle Université), Michel Murat (président du Renouveau étudiant, membre de la direction nationale du FNJ), Franck Timmermans (secrétaire général adjoint du FN) et Damien Bariller (directeur de cabinet de Bruno Mégret)

27 novembre 1993 convention nationale du Front National de la Jeunesse (FNJ) et création du Renouveau étudiant Parisien (REP), regroupant sur Paris le Renouveau étudiant (RE) et le GUD
3 mai 1993 meeting des 25 ans du GUD au Palais de la Mutualité (Paris) avec Jean-Pierre émié (étudiant à Assas entre 1974 et 1979), Arnaud Lutin (responsable du GUD dans les années 1980), Frédéric Chatillon (responsable du GUD dans les années 1990), des représentants étudiants italiens et flamands
9 mars 1993 élections universitaires à la faculté d'Assas. le GUD et le Front National de la Jeunesse (FNJ-Union des étudiants de Droite) présentent pour la première fois une liste commune. la direction du FNJ parisien (avec les nationaux-catholiques Régis de La Croix-Vaubois et Habib "Richard" Haddad) est en effet passée à un membre du GUD (Jildaz Mahé O'Chinal), qui met fin aux activités concurrentes du Cercle National des étudiants de Paris (CNEP, créé en février 1990)
21 février 1992 manifestation commune "Non à Disneyland" du GUD et du mouvement Troisième Voie
1992 le GUD fonde l'association sportive du Marteau de Thor (président : Jildaz Mahé O'Chinal, secrétaire : Frédéric Chatillon, trésorier : Miguel Lliotier)
19 décembre 1991 le GUD organise avec le Comité France Croatie un "meeting pour la Croatie nationaliste" (plusieurs militants du GUD partiront se battre en Croatie)
19 février 1991 élections universitaires à la faculté d'Assas. le GUD-UDEA retrouve son local historique (la salle 117 du 92, rue d'Assas)
21-22 mars 1989 élections universitaires au CROUS. le GUD (William Bonnefoy) présente une liste d'Union de Défense des étudiants Parisiens (UDEP)
29 décembre 1988

à la faculté d'Assas le GUD adopte le nom d'Union de Défense des étudiants d'Assas (UDEA)

20 novembre 1988 meeting des 20 ans du GUD au Palais de La Mutualité (Paris) avec Cyrus H. (GUD Sciences Po), Pierre H. (GUD Strasbourg), Nicolas Bonnal, l'avocat Éric Delcroix et Jack Marchal
7 mai 1988 rupture entre le GUD et le mouvement Troisième Voie

Le GUD lance le fanzine Le fil d'Ariane (puis Rebelle à partir de novembre 1988)

9 novembre 1985 création du mouvement Troisième Voie, regroupant le Mouvement Nationaliste Révolutionnaire (MNR) et le Parti des Forces Nouvelles  (PFN)

le GUD devient la branche étudiante du mouvement Troisième Voie, la Jeune Garde sa branche lycéenne

11 mai 1985 le GUD s'associe à la Jeune Garde, liée au Mouvement Nationaliste Révolutionnaire (MNR)
17 juin 1981 le GUD participe à la création du Rassemblement Nationaliste (RN), dirigé par Hervé Denis puis Arnaud Lutin
1981 élection présidentielle. Le GUD est employé pour le service d'ordre et les collages de Valéry Giscard d'Estaing
25-26 novembre 1977 premier congrès du GUD à Paris. reprise des liens avec le PFN et désolidarisation avec Jean-François Santacroce, Jean-Pierre Emié et Michel Pinchart-Deny (sous le coup d'une inculpation pour coups et blessures volontaires et violences avec préméditation)
constitution d'un bureau politique de trois membres : Éric Constant, Philippe Cuignache et Serge Rep, et d'un bureau des responsables avec en outre : Bernard Carayon (directeur de Vaincre), Bernard Berbin (coordinateur des GUD parisiens), Philippe Koutousis (coordinateur des GUD provinciaux), Jérôme Popelin (trésorier), Antoine de Lacoste-Lareymondie (relations presse) et Véronique Villain (administration)
novembre 1976 rupture entre Jean-François Santacroce, responsable du GUD-Assas, et le Parti des Forces Nouvelles (PFN)
avril 1976 des militants du GUD et du Groupe Action Jeunesse partent se battre à Beyrouth (Liban)
27 janvier 1976 élections universitaires à la faculté d'Assas : 9 sièges pour le GUD et 6 sièges pour le Front des étudiant Nationalistes (FEN, Groupe Action Jeunesse)
1974/75 élections universitaires à la faculté d'Assas. liste commune du GUD et du Groupe Action Jeunesse à Assas sous le nom de "Rassemblement pour un Ordre Nouveau"
9 novembre 1974 création du Parti des Forces Nouvelles (PFN), dont le Front de la Jeunesse et le GUD deviennent les organisations de jeunesse
1974 élection présidentielle. Le Front de la Jeunesse et le GUD sont employés pour le service d'ordre et les collages de Valéry Giscard d'Estaing et de Jean Royer
septembre 1974 création des Comités de Défense des Lycéens par Gilles Soulas, responsable parisien du Front de la Jeunesse et du GUD
décembre 1973 publication du premier numéro du mensuel satirique Alternative, où les membres du Front de la Jeunesse et du GUD sont impliqués (Roland Poynard, Olivier Carré, Yves Van Ghele)
novembre 1973 une partie des anciens dirigeants d'Ordre Nouveau quitte le FN (Alain Robert, François Brigneau, Pascal Gauchon) avec le soutien du GUD
28 juin 1973 décret de dissolution d'Ordre Nouveau
mars 1973 création au sein d'Ordre Nouveau d'un Front de la Jeunesse (FJ) association le GUD et l'Union des Lycéens Nationalistes (ULN), qui deviendra ensuite Union et Défense des Lycéens (UDL)
28 novembre 1972 hostiles à la stratégie de Front National d'Ordre Nouveau, Patrice Janeau, responsable du GUD parisien, et Michel Bodin (GUD) quittent Ordre Nouveau. Bernard Houdin prend la direction du GUD

Patrice Janeau (ex-GUD), Michel Bodin (ex-GUD) et Jean-Claude Nourry (ex-Ordre Nouveau) fondent le Groupe Action Jeunesse (GAJ) et se rapprochent des solidaristes. Le GAJ créera à la faculté d'Assas le Front des étudiant Nationalistes (FEN) concurrent du GUD

mars 1971 élections municipales à Paris. La liste d'Ordre Nouveau se nomme "Union et Défense des Parisiens pour un Ordre Nouveau"
automne 1970 à la rentrée universitaire le Groupe Union Droit s'implante dans d'autres universités et devient le Groupe Union et Défense (GUD)
13 mai 1970 meeting d'Ordre Nouveau "pour un 13 mai nationaliste" avec Jean-François Galvaire (Ordre Nouveau), Paul Léandri (Ordre Nouveau), Alain Robert (GUD), François Duprat (Défense de l'Occident), Patrick Saint-Bertais (Jeune Europe), Jean-Gilles Malliarakis (Action Nationaliste), Philippe Asselin (L'élite Européenne),  François Brigneau (Minute) et Camille Galic (Rivarol)
15 décembre 1969 le groupe "Union Droit" (GUD) participe à la création d'Ordre Nouveau (ON), au conseil national duquel il est représenté par Alain Robert, Louis Ecorcheville et Hughes Leclère
6 mai 1969 meeting nationaliste unitaire avorté, sur le thème "Unité de la jeunesse : un an de gauchisme, c'est un an de trop" entre le groupe "Union Droit" (GUD), l'Action Nationaliste de Jean-Gilles Malliarakis (implantée à Sciences Po) et les Jeunesses Patriotes et Sociales de Roger Holeindre
25 février 1969 élections universitaires. l'"Union Droit" obtient des élus et un local
décembre 1968 des anciens dirigeants d'Occident (Alain Robert, Gérard Longuet) créent l'"Union Droit" à la faculté d'Assas
31 octobre 1968 dissolution du mouvement Occident

 


 

accueil Site

dernière mise à jour : 20/08/09