En Marche (EM)

De France Politique
em-2017.png
Période 2016-...
Nom En marche!
Positionnement Gauche
Idéologie Social-libéralisme
Coalition électorale
Affiliation internationale
Affiliation européenne
Parlement européen
Site Internet https://www.en-marche.fr


Chronologie

Date Évènement
2017
17/08
Direction transitoire collégiale:
  • Bariza Khiari (ex-PS), sénatrice de Paris
  • Arnaud Leroy (ex-PS), ancien député et porte-parole d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle
  • Astrid Panosyan, déléguée nationale et membre du conseil d'administration
2017
23/07
-16/08
Consultation des adhérents sur les nouveaux statuts:
  • Inscrits: 224 640[1]
  • Votants: 72 066 (32,08% des inscrits)
  • Blancs: 133 (0,18% des votants)
  • Exprimés: 71 933 (99,82% des votants)
    • Pour: 65 316 (90,80% des exprimés)
    • Contre: 6 617 (9,20% des exprimés)
2017
01/08
Le tribunal de grande instance de Créteil ordonne que l'assemblée générale décentralisée soit prolongée de quinze jours.
2017
08/07
Le conseil d'administration décide la convocation d'une assemblée générale décentralisée du 23 au 30 juillet 2017 afin d'adopter de nouveaux statuts (vote ouvert aux adhérents avant le 9 avril 2017)..
2017
28/06
Création au Sénat d'un Groupe La République En Marche:
  • Michel Amiel (La Force du 13, parrain de Nathalie Kosciusko-Morizet à la primaire LR), sénateur des Bouches-du-Rhône
  • Delphine Bataille (ex-PS), sénatrice du Nord
  • Michel Berson (divers gauche ex-PS), sénateur de l'Essonne
  • Jean-Pierre Caffet (ex-PS), sénateur de Paris
  • Bernard Cazeau (ex-PS), sénateur de la Dordogne
  • Jacques Cornano (divers gauche ex-apparenté PS), sénateur de la Guadeloupe
  • Félix Desplan (ex-PS), sénateur de la Guadeloupe
  • Anne Émery-Dumas (ex-PS), sénatrice de la Nièvre
  • Jean-Jacques Filleul (ex-PS), sénateur d'Indre-et-Loire
  • André Gattolin (ex-EELV), sénateur des Hauts-de-Seine
  • Jacques Gillot (GUSR), sénateur de la Guadeloupe
  • Claude Haut (ex-PS), sénateur du Vaucluse
  • Antoine Karam (Parti Socialiste Guyanais), sénateur de la Guyane
  • Bariza Khiari (ex-PS), sénatrice de Paris
  • Jean-Pierre Masseret (divers gauche ex-PS), sénateur de la Moselle
  • Gérard Miquel (ex-PS), sénateur du Lot
  • Thani Mohamed Soilihi (divers gauche ex-apparenté PS), sénateur de Mayotte
  • Georges Patient (divers gauche ex-apparenté PS), sénateur de la Guyane
  • François Patriat (président; ex-PS), sénateur de la Côte-d'Or
  • Alain Richard (ex-PS), sénateur du Val-d'Oise
  • Stéphanie Riocreux (ex-PS), sénatrice d'Indre-et-Loire
  • Yves Rome (ex-PS), sénateur de l'Oise
  • Patricia Schillinger (ex-PS), sénatrice du Haut-Rhin
  • Michel Vergoz (Mouvement Le Progrès, ex-PS), sénateur de La Réunion
  • Maurice Vincent (ex-PS), sénateur de la Loire
  • Richard Yung (ex-PS), sénateur représentant les Français établis hors de France
  • Jean-Claude Boulard (ex-PS), sénateur de la Sarthe - le 11 juillet 2017
  • Karine Claireaux (ex-PS), sénatrice de Saint-Pierre-et-Miquelon - le 14 juillet 2017
  • Noëlle Rauscent (divers droite ex-apparentée LR), sénatrice de l'Yonne - le 22 juillet 2017 en remplacement de Jean-Baptiste Lemoyne, devenu membre du gouvernement
2017
08/05
Catherine Barbaroux nommée présidente du conseil d'administration par intérim. Les autres membres du conseil d'administration sont:
  • Jean-Marc Borello
  • Julien Denormandie
  • Philippe Grangeon
  • Cédric O
  • Astrid Panosyan
2017
15/03
Ralliement du sénateur LR (juppéiste) Jean-Baptiste Lemoyne.
2017
22/02
Alliance avec le Modem de François Bayrou.
2017
16/02
Installation d'une commission nationale d'investiture.
  • Membres:
    • Jean-Paul Delevoye (ancien ministre, ancien sénateur RPR puis UMP), président
    • Laetitia Avia, référente départementale Val-de-Marne
    • Catherine Barbaroux, déléguée nationale
    • Anne Émery-Dumas (ex-PS), sénatrice de la Nièvre
    • Jean Launay (ex-PS), député
    • Cédric O, membre du conseil d'administration
    • Margaux Pech, Les Jeunes avec Macron
    • Marlène Schiappa, référente départementale Sarthe
    • Christine de Veyrac (ancienne parlementaire européenne UMP puis UDI)
    • Jean-Marc Borello
  • Membres suppléants:
    • Jean-Marc Borello, délégué national et membre du conseil d'administration
    • Audrey Manuby, conseillère départementale divers droite du Puy-de-Dôme
    • François Patriat (ex-PS), sénateur
2016
01/12
Ralliement du parlementaire européen UDI-Alliance Centriste Jean Arthuis.
2016
16/11
Emmanuel Macron déclare sa candidature à l'élection présidentielle de 2017[2].
2016
26/10
Organigramme:
  • Emmanuel Macron, président
  • Richard Ferrand (ex-PS, député et conseiller régional de Bretagne), secrétaire général[3]
  • Benjamin Griveaux (ex-PS), porte-parole
  • Laurence Haïm, porte-parole
  • Catherine Barbaroux, déléguée nationale
  • Jean-Marc Borello, délégué national
  • Françoise Holder (membre du conseil d'orientation de l'Institut Montaigne), déléguée nationale
  • Sacha Houlié (ex-PS, cofondateur de La Gauche Libre-Les Jeunes avec Macron), déléguée nationale
  • Bariza Khiari (ex-PS, sénatrice de Paris), déléguée nationale
  • Caroline Saudemont (maire divers droite d'Arques), déléguée nationale
  • Axelle Tessandier, déléguée nationale
  • Patrick Toulmet (ex-UDI[4], président de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de la Seine-Saint-Denis), délégué national
  • Stéphane Travert (ex-PS, député et conseiller régional de Normandie), délégué national
2016
30/08
Emmanuel Macron démissionne du gouvernement.
2016
19/08
"L'honnêteté m'oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste", déclare Emmanuel Macron en déplacement au Puy du Fou (Vendée).
2016
22/04
Entretien au groupe de presse Est-Bourgogne-Rhône-Alpes:
  • Question: Pourquoi ne plus vous dire "de gauche", mais "progressiste"?
  • Emmanuel Macron: Je suis de gauche, j'assume d'où je viens. Mais je veux fonder une offre politique progressiste, car le vrai clivage aujourd'hui, il est entre les progressistes et les conservateurs, plus qu'entre la gauche et la droite.
  • Question: Il y a donc des progressistes de gauche et de droite?
  • Emmanuel Macron: Bien sûr! Quatre questions structurent à mes yeux les défis de notre pays: le travail, qui reste le principal moyen d'émancipation dans notre société, mais qu'il faut renouveler bien au-delà de la seule question de l'emploi; le rapport à la sécurité et à la liberté: il faut assumer une politique de sécurité efficace, mais ne jamais oublier qu'une société sûre est une société d'individus libres; le traitement des inégalités, qui doit consister à offrir à chacun les mêmes opportunités à tous les moments importants de la vie; et l'Europe, qu'il faut refonder en prenant le leadership d'un nouveau projet. Sur ces quatre sujets, la gauche et la droite sont divisées en elles-mêmes. Alors qu'il existe pour chacun d'entre eux une majorité progressiste, la même que celle qui s'est dégagée lors des débats à l'Assemblée sur la loi Activité-Croissance.
  • Question: Pas au moment du vote final...
  • Emmanuel Macron: Oui, car les réflexes partisans ont empêché la majorité de conviction qui existait bel et bien de s'exprimer. Eh bien, fondons maintenant cette majorité progressiste pour faire avancer le pays! Ce n'est donc pas "ni droite, ni gauche", mais "et droite, et gauche", car nous devons rassembler toutes les bonnes volontés autour d'un projet commun. Il faut une recomposition de l'offre politique, et il la faut maintenant.
  • Question: Manuel Valls parle aussi de "nouer des pactes entre la droite et la gauche"...
  • Emmanuel Macron: Ma démarche n'est pas de nouer des pactes entre les appareils politiques existants, mais d'aller chercher de manière démocratique et transparente la vérité et l'énergie dans le peuple. Les gens ne comprennent plus qu'on exacerbe artificiellement les différences le temps de la campagne pour ensuite prétendre s'arranger pour gouverner. Moi non plus.
2016
07/04
Réaction du président de la République François Hollande (PS), à Metz: "Un ministre qui veut dialoguer avec les citoyens, ça s'appelle faire de la politique, et faire en sorte que les convictions puissent être partagées. Je n'en dirai pas davantage".
2016
06/04
Emmanuel Macron annonce à Amiens le lancement du mouvement En Marche!. "J'ai décidé qu'on allait créer un mouvement politique. Un mouvement politique nouveau. C'est un mouvement politique qui ne sera pas à droite, qui ne sera pas à gauche. Ce n'est pas un mouvement pour avoir un énième candidat de plus à la présidentielle, ce n'est pas ma priorité aujourd'hui (...)  Moi je suis d'un gouvernement de gauche, et je l'assume totalement, avec les valeurs auxquelles je crois et ce qui me caractérise. Et je veux travailler avec des gens qui se sentent aujourd'hui à droite "
2016
12/03
Lancement officiel de La Gauche Libre.
2016
20/02
Déclaration au JO Associations de l'Association pour le Renouvellement de la Vie Politique (RVP)[5]. Objet: "Apporter un nouveau cadre de pensée et d'actions dans la vie politique française, grâce à la participation et la mobilisation des acteurs de la société; construire une force de conviction et de propositions, par tous les moyens contribuer au débat démocratique; fédérer un réseau d’associations qui lui sont affiliées dans les formes prévues par les présents statuts." L'association est domiciliée chez Laurent Bigorgne (directeur de l'Institut Montaigne) et Véronique Bolhuis. Son association de financement sera agréée par le 7 mars 2016 par la CNCCFP.
2016
19/02
Tribune de La Gauche Libre-Les Jeunes avec Macron[6]: "Le libéralisme est une valeur de gauche" (Le Monde).
2016
14/01
Dépôt à l'INPI de la marque "En marche, Citoyens!".
2014
26/08
Emmanuel Macron nommé ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique.
2012
15/05
Emmanuel Macron nommé par François Hollande secrétaire général adjoint de la présidence de la République (jusqu'au 12 juillet 2014, à compter du 30 août 2014).


  1. Ce chiffre amalgame vrais (cotisants) et faux (sympathisants) adhérents.
  2. Les administrateurs de l'Association de financement de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron seront Julien Denormandie, Cédric O, Christian Dargnat et Emmanuel Miquel.
  3. Directeur général: Grégoire Potton.
  4. Conseiller régional UDI sortant, Patrick Toulmet avait soutenu Claude Bartolone (PS) entre les deux tours des élections régionales de 2015.
  5. Le bureau fondateur est composé de Véronique Bolhuis (présidente), Cédric O (trésorier) et Benjamin-Blaise Griveaux (secrétaire général). Celui de l'association financement de Christian Dargnat (président), Emmanuel Miquel (trésorier) et Stanislas Guerini (secrétaire général).
  6. Alaric Audard, Sacha Houlié (PS, courant "La Relève" du MJ), Florian Humez (PS, courant "La Relève" du MJS), Pierre Le Texier (PS, courant "Cohérence Socialiste"), Pierre Person (ancien PS et trésorier de l'Unef-Poitiers).


Tous droits réservés Laurent de Boissieu pour France-politique.fr