Polynésie française

 

Statut : pays d'outre-mer

Polynésie française

 

président de la Polynésie française

Oscar Temaru Tavini Huiraatira 03/2005-...
Gaston Flosse Tahoera'a Huiraatira 10/2004-03/2005
Oscar Temaru Tavini Huiraatira 06/2004-10/2004

président du gouvernement de Polynésie française

Gaston Flosse Tahoera'a Huiraatira 1991-2004
Alexandre Léontieff Te Tiarama 1987-1991
Jacky Teuira Tahoera'a Huiraatira 02/1987-12/1987
Gaston Flosse Tahoera'a Huiraatira 1984-1987

 

Les dernières élections territoriales

élections territoriales 23/05/2004

% sièges
indépendantistes Tavini Huiraatira 37,4 27
Ia Mana te Nunaa
autonomistes Ai'a Api
Here Ai'a
Fetia Api 6,0 1
No oe e te nunaa 4,7 1
Tahoera'a Huiraatira 45,2 28
 

total

  57

résultats détaillés sur le site du Haut-commissariat de la République en Polynésie française

 

Les principaux partis politiques

positionnement nom chronologie dirigeant proximité partisane
indépendantiste Tavini Huiraatira (Servir le peuple)
  • 1977 : création par Oscar Temaru du Front de Libération de la Polynésie (FLP)

  • 1983 : devient le Tavini huiraatira no te ao Ma’ohi (Serviteur du peuple polynésien)

  • 23/05/2004 : participe pour les élections territoriales à l'Union pour la démocratie (UPLD)

  • 14/06/2004 : élection d'Oscar Temaru à la présidence de la Polynésie française

  • 09/10/2004 : motion de censure contre Oscar Temaru

Oscar Temaru  
Ia Mana te Nunaa (Le pouvoir au peuple)
  • 1976 : création par Jacqui Drollet
  • 1987-1991 : participe au gouvernement d'Alexandre Léontieff
  • 23/05/2004 : participe pour les élections territoriales à l'Union pour la démocratie (UPLD)

   
  Rassemblement Démocratique des Populations Tahitiennes (RDPT)
  • 1949 : création par Pouvana'a Oopa (Te Metua, 10/05/1895-11/01/1977) du Rassemblement Démocratique des Populations Tahitiennes (RDPT)
  • 28/09/1958 : référendum sur l'appartenance à la République française ; le RDPT se divise entre indépendantistes (Pouvana'a Oopa) et autonomistes (Jean-Baptiste Céran-Jérusalémy)
  • 05/11/1963 : dissolution du RDPT cf. Here Ai'a
   
autonomiste Here Ai'a
  • 1965 : création par John Teariki, issu du RDTP
  • 05/10/1983 : décès de John Teariki ; Jean Juventin président
  • 17/03/1991 : participe pour les élections territoriales à l'Union Polynésienne
   
Taatira Polynesia
  • 1977 : création par Arthur Chung
   

Ai'a Api (Nouvelle patrie)

  • 1982 : création par Emile Vernaudon, dissident du E'a Api

  • 2004 : participe pour les élections territoriales à l'Union pour la démocratie (UPLD)

Émile Vernaudon PRG
E'a Api
  • 1965 : création par Francis Sanford du E'a Api
  • 1985 : devient Te E'a No Maohi Nui; Daniel Millaud président
   
Fetia Api (Nouvelle étoile)
  • février 1996 : création par Boris Léontieff
  • 23/05/2002 : décès accidentel de Boris Léontieff
  • 16/01/2003 : Philip Schyle président
  • 2004 : participe au gouvernement d'Oscar Temaru
Philip Schyle UDF
Te Tiarama
  • 23/01/1988 : création par Alexandre Léontieff et Georges Kelly, dissidents du Tahoera'a Huiraatira
  • 17/03/1991 : participe pour les élections territoriales à l'Union Polynésienne
   

No Oe e te Nunaa (Pour toi, pour nous)

http://www.nooeetenunaa.com

  • 17/04/2002 : Nicola Bouteau quitte le Tahoera'a Huiraatira et démissionne du  gouvernement de Gaston Flosse
  • 05/04/2003 : création par Nicole Bouteau du No Oe e te Nunaa
  • 2004 : participe au gouvernement d'Oscar Temaru
Nicole Bouteau  
Tahoera'a Huiraatira (Rassemblement populaire)

http://tahoeraahuiraatira.pf

 

  • 07/07/1962 : création par Rud Bambridge de l'Union Tahitienne Démocratique (UTD-UNR)
  • 24/07/1971 : Gaston Flosse succède à Rud Bambridge à la présidence de l'Union Tahitienne Tetahoera'a Maohi (UT-UDR)
  • 06/05/1977 : création par Gaston du Flosse Tahoera'a Huiraatira (Rassemblement populaire), affilié au RPR puis à l'UMP
Gaston Flosse UMP

portrait Gaston Flosse


portrait Gaston Flosse

L'éternel retour de Gaston Flosse

"Gaston" est de retour ! Élu, dans la nuit de vendredi à samedi, président de la Polynésie française, Gaston Flosse, 73 ans, a retrouvé la place qu’il estime devoir lui revenir dans son fief du Pacifique : la première. Une position qu’il a, par le passé, déjà perdue deux fois. À la fin des années 1980 il lui avait fallu quatre ans pour revenir. Cette année, quatre mois lui auront suffi.

L’élection, en juin dernier, de l’indépendantiste Oscar Temaru à la présidence de la Polynésie française avait pourtant semblé tourner la page de l’ère Flosse sur le territoire. Une histoire qui a débuté dans les années 1960. Né le 24 juin 1941 à Rikitea, sur l’île de Mangareva, d’un père lorrain et d’une mère polynésienne, Gaston Flosse a d’abord été instituteur avant de se lancer en politique. Ayant rejoint le mouvement gaulliste local en 1958, il est élu en 1965 maire de Pirae, sur l’île de Tahiti, puis, en 1967, conseiller territoriale. Travailleur reconnu, il présidera l’assemblée territoriale en 1972-1974 puis en 1976-1977. Il fonde alors son propre parti, le Tahoera'a Huiraatira (Rassemblement populaire).

Parallèlement à cette ascension politique locale, Gaston Flosse se fait progressivement connaître en métropole : membre du comité central de l’UDR puis du RPR, il est élu pour la première fois à l’Assemblée nationale en 1978. C’est de ces années 1970 que date la profonde amitié avec l’actuel président de la République, qui est aussi le parrain d’un de ses neuf enfants, prénommé ...Jacques. En 1986, Jacques Chirac, premier ministre, nommera Gaston Flosse au poste de secrétaire d’État chargé du Pacifique sud. Un intitulé ministériel éphémère, taillé sur mesure pour son ami.

Le début des années 1980 marque un tournant pour l’homme politique. Farouche adversaire de toute évolution statutaire de la Polynésie, l’élu se convertit alors à l’idée d’autonomie interne : en 1984, il obtient de la gauche un premier statut d’autonomie interne et devient le premier président du gouvernement de Polynésie française.

Gaston Flosse ne profitera cependant que deux ans de son nouveau titre. Nommé au gouvernement, il doit en effet choisir entre son poste ministériel ou sa fonction exécutive locale. En Polynésie, il passe alors la main à un de ses proches, Jacky Teuira. Celui-ci perd toutefois la majorité fin 1987. L’année suivante, Gaston Flosse sera même battu aux élections législatives par Émile Vernaudon, président du parti de centre-gauche "Ai’a Api" (Nouvelle patrie).

L’homme tient sa revanche aux élections territoriales de 1991 : il s'allie avec son ancien adversaire Émile Vernaudon et retrouve le poste de président du gouvernement de Polynésie française. Le pouvoir de Gaston Flosse sur le territoire demeurera alors incontesté jusqu’à cette année. Son parti, affilié à l’UMP, détient ainsi aujourd’hui les deux fauteuils de députés (Michel Buillard et Béatrice Vernaudon), tandis que Gaston Flosse siège au Sénat depuis 1998.

En obtenant une modification du mode de scrutin aux élections territoriales puis la dissolution de l'assemblée locale, le chiraquien a cependant été trop gourmand : le 23 mai dernier, son parti a été devancé par la coalition conduite par l’indépendantiste Oscar Temaru. C’est donc ce dernier qui fut le premier à porter le nouveau titre de président de la Polynésie française. Le temps d’un été seulement. Car, le 9 octobre, la majorité plurielle d’Oscar Temaru, réunissant les indépendantistes et des autonomistes anti-Flosse, a été renversée par une motion de censure. Gaston Flosse tenait sa revanche. Depuis le vote de vendredi, le président de la Polynésie française, c’est enfin lui.

Laurent de Boissieu
La Croix, 25/10/2004

 

portrait Oscar Temaru


portrait Oscar Temaru

Oscar Temaru, l'indépendantiste déchu

"C’était la maison d’un homme, c’est devenu la maison du peuple." Voilà l’image qu’Oscar Temaru, éphémère président de la Polynésie française, renversé le 9 octobre par une motion de censure, aimerait donner de son occupation des jardins du Palais présidentiel, où il observe un "jeûne spirituel" depuis le retour de Gaston Flosse. En attendant, et quels que soient les développements de la crise polynésienne, le retraité des douanes, qui fêtera lundi ses 60 ans, restera bel et bien dans l’histoire le premier indépendantiste élu à la présidence de la Polynésie française. Une présidence de quatre mois seulement, venue couronner vingt-huit ans de combat indépendantiste.

C’est en 1977 qu’Oscar Temaru fonde son propre mouvement indépendantiste, le Front de libération de la Polynésie. Mais ce n’est qu’en 1983 que l’homme émerge véritablement sur la scène politique locale. Cette année-là, Oscar Temaru est en effet élu maire de Faa’a, sa ville natale, et transforme son parti en "Tavini huiraatira" (Servir le peuple). Progressivement, celui-ci s’affirme comme la principale force indépendantiste, au détriment de l’autre grande organisation indépendantiste, "Ia Mana te nunaa" (Que le peuple prenne le pouvoir). Les électeurs de ce dernier l’abandonnent en effet après la participation de son fondateur, Jacqui Drollet, au gouvernement polynésien d’Alexandre Léontieff (1987-1991).

Mais c’est surtout dans son opposition aux essais atomiques qu’Oscar Temaru se fait connaître au-delà de l’archipel du Pacifique-Sud. "Nous avons passé huit jours ensemble sur le bateau de Greenpeace, pendant la campagne de 1995 contre la reprise des essais nucléaires, se souvient Mgr Jacques Gaillot. J’ai beaucoup de souvenirs communs avec Oscar Temaru, qui vient toujours déjeuner avec moi lorsqu’il est à Paris. C’est un homme solide et déterminé, qui inspire confiance aux gens. C’est aussi un non-violent. Lors de la grande marche en 1995, il s’est adressé à la foule, sans jamais prôner la violence. C’est un homme prudent, pas un révolutionnaire." De fait, c’est plus sur la thématique du "taui" (changement) que de l’indépendance qu’Oscar Temaru a été élu président de la Polynésie française après les élections territoriales du 23 mai. Sa majorité plurielle comprenait d’ailleurs les indépendantistes, mais aussi des partis autonomistes anti-Flosse (Ai’a Api, Fetia Api…).

Une autre caractéristique du parti d’Oscar Temaru, lui-même ancien séminariste, est son caractère religieux. C’est d’ailleurs le motif de rupture mis en avant par Noa Tetuanui, cet élu de la liste d’Oscar Temaru dont le ralliement à Gaston Flosse a fait perdre la majorité au chef indépendantiste. Des changements de coalition qui sont monnaie courante en Polynésie : Oscar Temaru avait lui-même profité du ralliement de deux élus du parti de Gaston Flosse (Temauri Foster et Jean-Alain Frébault). Reste maintenant au président déchu à trouver un moyen pour prendre sa revanche sur l’ami de Jacques Chirac.

Laurent de Boissieu
La Croix, 28/10/2004

 

 

Les députés élus en Polynésie française

élections   élus partis élus parti
2002 2 circonscriptions Michel Buillard Tahoera'a Huiraatira Béatrice Vernaudon Tahoera'a Huiraatira
1997 2 circonscriptions Michel Buillard Tahoera'a Huiraatira Émile Vernaudon Ai'a Api
1993 2 circonscriptions Jean Juventin Here Ai'a Gaston Flosse Tahoera'a Huiraatira
1988 2 circonscriptions Alexandre Leontieff Tahoera'a Huiraatira Émile Vernaudon Ai'a Api
1986 1 circonscription - 2 sièges Alexandre Leontieff Tahoera'a Huiraatira Gaston Flosse (3) Tahoera'a Huiraatira
1981 2 circonscriptions Jean Juventin Here Ai'a Gaston Flosse (2) Tahoera'a Huiraatira
1978 2 circonscriptions Jean Juventin Here Ai'a Gaston Flosse Tahoera'a Huiraatira
1973 1 circonscription - 1 siège Francis Sanford E'a Api  
1968 1 circonscription - 1 siège Francis Sanford E'a Api
1967 1 circonscription - 1 siège Francis Sanford E'a Api
1962 1 circonscription - 1 siège John Teariki RDTP
1958 1 circonscription - 1 siège Pouvana'a Oopa (1) RDTP

(1) Pouvana'a Oopa déchu de son mandat le 12/02/1960 - John Teariki le remplace à partir du 15/07/1961
(2) Tutaha Salmon à partir du 29/08/1982 (démission de Gaston Flosse)
(3) Edouard Fritch à partir du 02/04/1986 (nomination de Gaston Flosse au gouvernement)

 

Les sénateurs de Polynésie française

élections élus parti
1998 Gaston Flosse Tahoera'a Huiraatira
1989 Daniel Millaud Te E'a No Maohi Nui
1980 Daniel Millaud E'a Api
1971 Pouvana'a Oopa (1)  
1962 Alfred Poroï Union Tahitienne (UT)
1959 Gérald Coppenrath Union Tahitienne Démocratique (UTD-UNR)

(1) Daniel Millaud (E'a Api) à partir du 11/01/1977 (décès de Pouvana'a Oopa)

 

Le site de l'Assemblée de la Polynésie française

Le site de la présidence du gouvernement de la Polynésie française

Le site du Haut-commissariat de la République en Polynésie française

 

 

retour OM

 

 

dernière mise à jour : 20/08/09